ET APRES ?

Mardi, le collectif « ni pauvre, ni soumis » a été reçu par Xavier Bertrand, le ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité pour rappeler leurs revendications :

Ø Pour le 1er janvier 2009 :

- créer un revenu d'existence égal au moins au montant du SMIC brut et indexé sur celui–ci, assorti de cotisations sociales et soumis à l'impôt, pour toutes les personnes incapables de travailler en raison de leur handicap ou de leur maladie invalidante, quel que soit leur âge, qu'elles aient cotisé ou non.
Ce revenu doit être indépendant des ressources du conjoint, du concubin, de la personne avec laquelle un pacte civil de solidarité a été conclu, ou encore des personnes vivant sous le même toit, et ce, quel que soit le lieu de vie (domicile propre, établissement, chez un tiers).

- permettre un cumul de ce revenu de remplacement avec un revenu professionnel, selon le principe du revenu de solidarité active (RSA),pour toutes les personnes en situation de handicap ou de maladie invalidante garantissant ainsi un revenu supérieur au SMIC brut.

Ø Dès 2008 :

- revaloriser de 5 % toutes les allocations et pensions et pas seulement l'AAH (pension d'invalidité, allocation supplémentaire invalidité, minimum vieillesse ainsi que rentes d'accident du travail et de maladies professionnelles).

- assouplir les critères d'accès au complément des ressources pour toutes les personnes en situation de handicap ou de maladie invalidante qui ne peuvent pas travailler et qui ont des ressources inférieures ou égales au montant de la garantie de ressources des personnes handicapées (GRPH) c'est-à-dire 800 ¤. Aujourd'hui, seulement quelques dizaines de milliers de personnes ont accès à ce complément alors qu'une majorité des bénéficiaires de l'AAH et/ou de pension d'invalidité ne peuvent pas travailler.

- favoriser l'accès réel et effectif aux soins pour tous en ouvrant le bénéfice de la CMU complémentaire à toutes les personnes en dessous du seuil de pauvreté (soit toutes celles dont les revenus sont inférieurs à 817 ¤ / mois, alors que le plafond de ressources pour avoir droit à la CMU complémentaire est aujourd'hui abaissé à 606 ¤ / mois pour une personne seule), et en supprimant les franchises médicales

Leur réponse : les propositions seront discutées dans le cadre du comité de suivi de la politique du handicap et de la conférence du handicap qui aura lieu le 10 juin 2008


Le collectif « ni pauvre, ni soumis » se réunira prochainement pour envisager des actions futures.

Handivol restera mobilisé et vous tiendra au courant des actions à venir



Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.234.247.118) if someone makes a complaint.

Report abuse